H.K., tome 5 : Balaena Nun by Trantkat, Jean-David Morvan

By Trantkat, Jean-David Morvan

Show description

Read or Download H.K., tome 5 : Balaena Nun PDF

Best french books

Les Lames du Roi, Tome 2 : Le Seigneur des Terres de Feu

Lorsqu'un gar? on devient une Lame, sa vie ne lui appartient plus. Seule los angeles mort peut briser l. a. cha? ne enchant? e qui le lie ? l. a. personne qu'il a jur? de d? fendre. Et jamais, de m? moire d'homme, on n'avait vu un candidat refuser l'honneur de servir son roi. Jusqu'? ce jour. Le jour o? le jeune Gu?

Additional info for H.K., tome 5 : Balaena Nun

Sample text

1) Saint Louis avait déjà interdit l"expol'tation de marchandises destinées aux Sarrasins. 60 Pour se concilier la noblesse qui, depuis la mort de Philippe le Bel, avait repris puissance, indépendance et arrogance, le premier des Valois, Philippe VI, livra à l'Assemblée des Trois Etats - qui prit à ce moment le nom d'états généraux - Pierre Rémy de Montigny, surintendant des Finances qui, comme son prédécesseur, Enguerrand de Marigny, fut spolié de ses biens et pendu. De plus, il prit l'engagement pour lui et ses successeurs (qui devaient en prêter serment le jour du sacre) de ne lever « aucun denier extraordinaire sur le peuple sans l'octroi et gré des trois états ».

Taires (les titulaires s'appelaient stabuli, les auxiliaires supernumerarii). Le responsable du Fiscus était appelé Rationalis summae rei sous Dioclétien (sous Constantin il prit le titre de Comes sacrarium largitionum et la dignité de comte était à l'origine attachée à la fonction et non à la personne). Au Bas-Empire, il semble que les fonds affectés à la Maison impériale ne proviennent plus d'impôts, mais de ressources spéciales comme le produit net de la frappe monétaire aux mains des monetarii, corporation devenue héréditaire, les biens vacants et ceux des condamnés et proscrits.

Ainsi pour ces dernières, les boulangers (pistores) étaient tenus à cuire le pain, les portefaix (saccarii) aux divers transports. Au profit de l'Etat les monetarii devaient battre monnaie, les navicularii - dont les immeubles garantissaient la bonne fin du transport - faire les transports par eau, etc. L'administration de l'annone était au Bas-Empire non seulement le fournisseur des distributions populaires de blé, mais l'approvisionneur de l'intendance des armées. Elle portait sur les chevaux comme sur le blé (canon frumentaire) et dépendait de la Caisse du Préfet du Prétoire.

Download PDF sample

Rated 4.96 of 5 – based on 22 votes