Vivre Ensemble : Croyances et Sciences en Terre Laique by Despland Michel

By Despland Michel

Show description

Read Online or Download Vivre Ensemble : Croyances et Sciences en Terre Laique PDF

Best french books

Les Lames du Roi, Tome 2 : Le Seigneur des Terres de Feu

Lorsqu'un gar? on devient une Lame, sa vie ne lui appartient plus. Seule l. a. mort peut briser los angeles cha? ne enchant? e qui le lie ? los angeles personne qu'il a jur? de d? fendre. Et jamais, de m? moire d'homme, on n'avait vu un candidat refuser l'honneur de servir son roi. Jusqu'? ce jour. Le jour o? le jeune Gu?

Additional resources for Vivre Ensemble : Croyances et Sciences en Terre Laique

Sample text

Pour qu’une connaissance soit sûre, il faut savoir quelle procédure, quelle méthode, pourrait forcer le chercheur à la corriger. Les pseudosciences comme les idéologies ont des conclusions arrêtées d’avance. Si la proposition « tous les corbeaux sont noirs » est vraie, cela pourrait vouloir dire l’une ou l’autre de deux choses : soit qu’elle est vérifiée, soit que l’on sait comment on pourrait la falsifier (ou la déclarer fausse). Le deuxième sens donne le test le plus rigoureux. Personne n’a vu tous les corbeaux.

Les villes suisses réformées suivent l’enseignement d’Erastus : l’autorité du magistrat ou du prince chrétien s’étend jusqu’aux affaires de la religion. À Zürich, Bâle et Berne, les magistrats chrétiens élus gèrent les affaires de l’Église. Genève fait exception. L’Église, soutient Calvin, doit se gouverner elle-même et exercer seule la discipline en son sein. L’histoire des conflits entre pouvoir spirituel et pouvoir temporel comporte des pages sombres. Il y eut des martyrs. Henri II d’Angleterre fit assassiner un archevêque de Canterbury, Thomas Becket, qui défendait trop ardemment les droits de l’Église.

1999), p. 83. Dans leurs confrontations avec le pouvoir de l’Église (et des Églises), les rois puis les États ont un atout en main : ils ont des soldats et des policiers qui leur obéissent. L’État moderne est caractérisé par un monopole qu’il défend jalousement : celui de l’usage de la force. Mais il ne faudrait pas admettre pour autant le principe de Mao, à savoir que le pouvoir est au bout du fusil. Car les rois médiévaux puis les États modernes administrent la justice, et c’est là un atout dont la force morale et sociale est considérable2.

Download PDF sample

Rated 4.18 of 5 – based on 45 votes